Photo d'une des salles de cinéma où se déroule le Festival international de l'animation. Sur l'écran, on voit le poster de cette année. La salle se remplit progressivement.

L'équipe de Cartoon Fantasy couvre cette année le Festival international de l'animation d'Annecy en envoyant trois journalistes bénévoles sur place. Chaque jour, iels vous partagent leurs visionnages et découvertes. Ce premier jour de festival (dimanche) était plutôt calme mais attendez-vous à du lourd au fur et à mesure de l'événement !



Durant toute la semaine, nous publierons chaque jour de courtes reviews et critiques que nos journalistes bénévoles produisent à la sortie d'une séance ou d'une activité (rencontres, expositions, etc). Il s'agit d'un retour plutôt brut, où le ressenti prime souvent sur l'analyse, ce qui n'en est pas moins intéressant ! 😊

Des articles plus riches et plus détaillés verront le jour, le temps pour nos journalistes de développer leur réflexion avec plus de recul et faire des recherches.

C'est parti !


 

Films de commande en compétition

Journaliste 1 : Roxane Pavard

Une quarantaine de courts-métrages, parfois très courts (une vingtaine de secondes). Dans les thématiques choisies, on trouve des propos engagés tels que l'environnement, la guerre, la féminité, etc. Plusieurs clips musicaux comme on peut s'y attendre dans ce genre de sélection ; d'autres font preuve d'humour ou d'émotion. 

Point notable : le court-métrage fait à l'IA s'est fait huer, une réaction opposée à ce à quoi tous les autres courts ont eu droit (chacun a été applaudi).

 

Journaliste 2 : Matshishkapeu (Théo)

World Economic Forum "Dance to Live"
World Economic Forum "Dance to Live"

L'animation est dansante et minimaliste, tout en restant très compréhensible et agréable à regarder. Grâce à son intrigue marquante, aux tonalités sombres et au sound design immersif, le court réussit à passer un message fort sur les réfugié·es.

 

ACLU Arizona's "I Had Nothing"
ACLU Arizona's "I Had Nothing"

On est facilement pris·e par l'émotion lors du visionnage, exprimée autant par le jeu de la comédienne que la musique (le court métrage est soutenu par une production sonore de qualité). On sent particulièrement bien la mise en danger poussée par la volonté de survie. Les tonalités en clair obscur, l'intrigue touchante et des couleurs toujours parfaitement maîtrisées participent grandement à faire correctement passer le message souhaité.

 

Célestin "Ma mère"
Célestin “Ma mère”

Le message porté par la chanson sert son imagerie. Tout prend sens à la fin du clip lorsqu'il parle directement de la planète comme d'une figure maternelle.

 

 

Chien Méchant "Étoile filante"
Chien Méchant "Étoile filante"

Je ne m'attendais pas à grand chose d'un court complètement produit à l'aide de l'IA générative, mais je suis quand même choqué. Ce n'est pas réussi visuellement. Le scénario ne sauve rien, puisqu'il sombre dans tous les poncifs sexistes, où la femme est dépeinte comme une chienne en chaleur…

 

The Lords of Water "Launch Film"
The Lords of Water "Launch Film"

J'ai tout de suite plongé dans l'ambiance grâce aux sons typiques des années 80, façon Musclor. L'animation est extrêmement fluide et les couleurs sont chatoyantes. C'est la rencontre d'un message engagé sur l'écologie (stop aux bouteilles plastiques) et d'un univers épique : ce décalage permet de traiter avec humour d'un sujet tout à fait sérieux.

 


 

Leçon de cinéma - Terry Gilliam

Journaliste : Roxane Pavard

C'est un vieil homme très sympathique, très drôle, qui a beaucoup d'humour. Il parle avec simplicité de toute sa carrière de réalisateur où il a tantôt réalisé des courts-métrages d'animation, tantôt des longs métrages dans lesquels il incorporait de l'animation (les Monty Python et tous leurs passages en animation papier découpé). 

Ce qui m'a marqué c'est le moment où la maîtresse de conférence lui a demandé de décrire son propre style, et il a répondu : « cheap » (bon marché, peu cher). Il nous dit qu'il n'a pas de talent particulier pour l'animation ou le dessin, qu'il souhaite juste s'amuser ; il a commencé avec ce qu'il avait sous la main. Ses animations, selon lui, sont ultra simples, voire carrément simplistes, mais elles sont faites avec passion. Et c'est ça qu'il a toujours voulu faire : faire des choses dont il a envie.

🔗 Voir cette séance sur le site du festival

 


 

Chorégraphies : animation et danse 3 – Gestes et tangos

Journaliste : Roxane Pavard

La réalisatrice canadienne Véronique Paquette (court métrage Loca) était présente. La représentation du corps en mouvement est très intéressante, bougeant au rythme d'une musique, montrant un corps qui s'exprime par la danse. Ces courts sont des « poèmes du mouvement ». Ils exploitent les spécificités de leur médium pour représenter le mouvement sous bien des formes. 

Encore une fois, le court-métrage fait avec IA s'est fait huer par le public.

🔗 Voir cette séance sur le site du festival

 


 

Courts-métrages en compétition - Jeune Public

Journaliste : Zel (Camille)

La séance nous est remise dans son contexte par Peggy Zejgman-Lecarme, responsable du pôle Culture de Citia, les organisateurs du festival. C’est une séance « Annecy s’anime » dont l’objectif est d’inclure le grand public dans ce contexte professionnel de connaisseur·euses du festival.

Un mot est adressé aux enfants présent·es dans la salle du cinéma Pathé bien remplie. On leur demande si c’est leur premier festival et dans cette optique pédagogique, la présentatrice rappelle également que des ateliers manuels sont prévus pendant le festival.

Voici un top 3 des courts qui m'ont le plus séduite :

Réalisateur : Rémi DURIN

Tête en l’air de Rémi Durin, un court-métrage où l’on suit Alphonse, jeune écureuil passionné de nuages qu’il immortalise grâce à son polaroid. La façon dont les différents nuages nous sont présentés est inventive et poétique. Les décors colorés aux touches impressionnistes sont splendides. Mention spéciale au plan s’inspirant du tableau L’homme contemplant une mer de nuages.

🎦 Vous pouvez visionner un trailer ici.

 

Réalisateur : Loïc ESPUCHE

Beurk ! de Loïc Espuche, où les baisers des adultes répugnent la bande d’amis du jeune Léo, qui le montre clairement à tout le camping. Ça les dégoûte oui mais pas tout à fait car Léo en secret aimerait essayer. C’est de son storytelling et de la mise en scène des baisers que Beurk ! tire sa force. On sent la progression des personnages. Côté mise en scène c’est par l’illumination et la brillance des lèvres en rose qui indiquent si deux personnes souhaitent s’embrasser. La notion de consentement est donc faite de manière habile. En terme de représentation LGBTQIA+, je salue le réalisateur d’avoir mis aussi en avant un couple gay dans un programme pour enfants où la bataille pour représenter les minorités est un combat de chaque instant. La musique enivrante de Aliénor Doublet restera dans mon esprit pour le reste de la journée.

🎦 Vous pouvez visionner un teaser sur instagram ici.
🎦 Vous pouvez visionner ce même teaser sur youtube ici.

 

Réalisatrice : Hendrik SCHUTTE

Wing It! de Rik Schutte. Un chat ingénieur en aéronautique est gêné par son assistant chien un peu trop bourru et maladroit sur les commandes. S’en suit une catastrophe aérienne où l’improvisation et la créativité permettent d’éviter le pire. J’ai beaucoup aimé ce court-métrage très attendrissant et drôle, produit grâce au logiciel Blender, ce qui permet un mélange d’animation 2D/3D aux belles textures. Le charadesign des personnages est très mignon aussi. Mention spéciale aux crédits qui sont un making of du film.

 

🔗 Voir cette séance sur le site du festival

 


On se retrouve demain pour une nouvelle édition de ce qui aura été vu aujourd'hui par nos journalistes (J+1) ! 👋

Fin de l'article